Verre poli

Verre poli

Prague et moi

Voyage du jeudi 20 juin au vendredi 28 juin 2013





Jeudi 20 juin



 

Après un embarquement stressant  (jamais vu un si petit endroit contenir autant de râleurs), me voici  enfin dans l’avion avec un peu de retard. C’est la première fois  que je voyage seule de A à Z. Il y a deux mois, je trouvais que  c’était une super bonne idée : ça fait aventurière,  liberté, indépendance et tout le tralala. Maintenant, je me demande  si ça ne fait pas plutôt totalement timbrée, si je ne vais pas me  faire assassinée, violée… Mais bon, pour le moment, j’espère  juste que la place 31C de ce vol AF 1982 Air France ne sera pas le  lieu de ma mort…

Le pire, c’est que j’ai DÉJÀ les oreilles bouchées avant le  décollage. Mes voisins, coté hublot, dorment la fenêtre fermée.  GÂCHIS !

17h30 : Enfin installée à l’hôtel. Après un vol sans  histoires dans le confort de l’air conditionné, le retour à l’air  libre a été très… « chaleureux ». Il fait au moins  140 degrés…

Le système de bus ne semble pas compliqué. Vous payez à l’heure  et à la zone. Mon hôtel se trouve dans le sixième arrondissement,  un quartier ombragé qui semble assez paisible. L’hôtel, par  contre, fait très aventurier… Enfin, si l’on considère qu’être  accueillie pas un mec en slip fait partie de l’aventure… Hum, mon  premier contact avec le peuple tchèque a été très… intime, je  crois. L’état de délabrement des parties communes fait peur à  voir, mais, à ma grande surprise, ma chambre et la salle de bain  sont plus que correctes. En tout cas, elles sont en meilleur état  que ma chambre d’étudiante…

19h30 : Mon premier contact avec la ville. Après avoir  bataillé avec les noms imprononçable des rues (Djevika, Djevika,mais elles s’appellent toutes Djevika ?!) et après avoir  arrêté de parler la langue de Kafka, j’ai fini par me laisser  marcher au hasard. Mes pas m’ont menée au château, par les  jardins. D’un coté, ce dernier est tellement ÉNORME qu’il est  très difficile de le louper. La ville est très paisible, tellement  calme que je me demande si l’avion ne m’a pas définitivement  bouché les oreilles. On n’entend aucun bruit de klaxon et  pourtant, il y a des voitures !

Je dîne dans un café dans les jardins sous le château. C’est  un endroit charmant, fleuri de roses multicolores. De ma table, j’ai  une vue magnifique sur Prague. Une bonne façon de rentrer en  contact, elle et moi. Et l’endroit est aéré, à l’abri de cette  chaleur qui étouffe la ville ce soir.

Un détail attire mon attention. J’aperçois, bien plus bas, au  creux de ce qui ressemble à un jardin, des étranges statues  ressemblant aux tas de boue dégoulinants que nous  formions avec du sable mouillé sur la plage étant enfants, mon  frère et moi. Déjà un aperçu des « mystères de Prague » ?

A 19h, le château et ses jardins ne reçoivent plus beaucoup de  touristes. C’est l’heure des écureuils et les lecteurs  solitaires allongés sur les bancs. J’ai déjà bu deux bières :les serveurs ont la manie, heureuse ou malheureuse, de vous en  proposer une nouvelle dès que vous finissez la votre et les bières  ont la manie d’être peu chères et très bonnes (les meilleures du  monde, selon les Tchèques). On sent bien le goût de l’orge, je  trouve.

stvitusfacade-001.jpg

Le château est immense. En fait, je crois qu’il s’agit plus  d’un amoncellement de petits châteaux que d’un seul et même  bâtiment. Il ne semble pas y avoir beaucoup de cohérence dans son  architecture et l’on passe de grandes cours ordonnancées à de  petites ruelles colorées. Je suis tombée sur la cathédrales Saint  Vitus (alias Saint Guy) au hasard de l’une de ces cours. Elle m’a  presque prise par surprise : je la voyais de loin, mais une fois  pénétré les hauts murs du château, elle disparaît au regard pour  resurgir brusquement passé un porche. Se promener dans un espace  aussi imposant et vide de toute vie humaine est impressionnant. Je  finis par me demander ‘il n’y a pas un virus qui a décimé 90 %des touristes.

En tout car, la serveuse du Garden coffee, fournisseur de  mon dîner, m’a sûrement prise pour un agent du  Guide du Routard.Ou alors elle est juste très sympa, avec son anglais approximatif  mêlé de tchèque.



Vendredi 21 juin



Levée à 9h. Oui, j’ai décidée de ne pas me presser. Après  une nuit éprouvante à rêver que des étrangers venaient squatter  ma chambre, je me prépare pour le château. Je m’entraîne à  répéter cette phrase : « Promiňte, Nemluvím cesky,mluvís anglickyi ? » (« Excusez moi, je ne parle pas tchèque. Parlez-vous anglais ? » : oui, j’ai laissé  au vestiaire mes espoirs de parler la langue de Molière) en me  demandant comment cette phrase peut être prononçable.



9h30 : Phrase imprononçable = déjà utilisée. Je prends un  billet accompagné d’un audioguide (cher, mais je ne m’en suis  pas rendue compte tout de suite, dur de faire la conversion euro  couronnes pour commencer) pour la visite du château. Je suis tout  d’abord très impressionnée par cet énorme fossé que l’on  nomme le fossé aux cerfs au fond duquel coule une petite rivière.Il donne l’impression que la ville se termine ici et que le château  est coupé du reste, surtout lorsque l’on vient du sixième  arrondissement. Tomber sur ce grand espace tout vert qui sent la  terre mouillée au milieu de la ville, c’est vraiment étrange. Le  guide m’apprend qu’il a fallu combler un fossé tel celui-ci pour  construire l’une des places. Respect. Le drapeau et la devise de la  République tchèque (« La vérité vient ») flotte sur  le toit de la sainte chapelle, ce qui signifie que le président est  bien dans le pays. Chouette.



refletsvitus.jpg

Je fais une pause pour manger vers  midi. Le château est vraiment très grand et, grâce à mon ami  l’audioguide, je commence à découvrir l’histoire des rois et  des reines de Bohème, même si je m’emmêle encore avec Saint  Vladislas, Saint Ludmilla, Charles IV et tous leurs poteaux. La  cathédrale Sainte Vitus est éblouissante de richesse. Le plus  impressionnant : un imposant hôtel en argent, flanqué de son  armée de gardes à l’air patibulaire (mon conseil : ne  stationnez pas devant, ils sont pas du genre sympa). J’ai également  un coup de cœur pour un magnifique vitrail signé… Mucha !

Car oui, même si la construction a  commencé au XIVe siècle, elle ne s’est terminée qu’au  XXe ! Soit six siècles de travaux. Quand je pense  que mes parents se plaignent de leurs travaux de deux semaines pour  changer le toit de la maison… Mais hélas, nous n’avons pas les  vitres du séjour barbouillées par Mucha, nous. À dire vrai, Mucha  est l’une des raisons de ma visite à Prague. C’est l’un de mes  peintres préférés. J’ai toujours aimé ses nymphes diaphanes aux  cheveux volubiles, les regards des personnages, les ornements floraux  et mêmes les formes en général. J’ai une reproduction d’un de  ses tableaux dans ma chambre, un souvenir de mes années d’histoire  de l’art à l’université.

Midi est l’heure de la relève de la garde, en musique. La  relève a lieu toute les heures, mais à midi, on sort les trompettes  et les tambours. C’est… euh… authentique ?

Après avoir monté les 287 marches de la tour de la poudre (selon  le guide, j’ai pas vérifié), je découvre une grosse cloche (non,ce n’était pas un miroir) et la vue la plus haute de Prague.



Coup de cœur pour la très colorée Ruelle d'or, aux petites  maisons collées aux remparts, dont les greniers servent de musée d'armes anciennes. C'est tout  propret et bigarré, on se croirait en Irlande.

ruelledor3.jpg


Je termine la visite du château à 15 heures. Je me mélange  moins entre les Habsbourg, les Přemyslides et tout le toutim. J’ai  l’impression d’être dans un mélange de Tintin et le sceptre  d’Ottokar (y’a même un roi nommé Ottokar...) et Game  of Thrones (assassinats, alliances, torture et défenestration :hummm...). En descendant du château par les jardins et les vignes du  roi Vanceslas, j’arrive sur une petite plage au bord de la Vlat...Vlata... Valtav... de la rivière. La horde de cygnes et les saules  pleureurs contribuent à donner une ambiance romantique au pont  Charles.



17h : Perdue à Malá Strana en pensant être à Stare Mestro(le quartier en bas du château, voir plan au début de l’article).  M’enfin, mes errances m’ont permise de tomber sur le palais de  l’ordre de Malte et sur le fameux mur John Lennon. D’ailleurs,  rien que pour cette réflexion d’une touriste française, ça  valait le coup de se perdre : « Quelle honte, tout ces graffitis ! ». Lorsque  l’on sait que ce mur est l’un des symboles de la liberté  d’expression, ouvert aux peintres de tout poil après la mort de  John Lennon, ça porte plutôt à rire.

lennon.jpg

Les inscriptions sont en  toutes les langues, témoignant surtout du passage de touristes de  multiples horizons : anglais, allemand, russe, espagnol,français... D’ailleurs, en deux jours, j’ai été amenée à  parler tchèque, français, anglais et même espagnol ! En tout  cas, la météo se touche avec son « risque de tempêtes -orages » car les rares petits-mignons nuages blancs que l’on  aperçoit ne semblent guère annonciateurs d’apocalypse.


pont_charle1.jpg

 

Après avoir finalement traverser le pont Charles (bourré ras la  gueule de touristes et de vendeurs attrape-touristes, mais bon, c’est  le pont Charles, alors émotion, quoi), me voici dans la vieille  ville (Stare Mestro, enfin !), après avoir longé la célèbre rue  Karlova. Ce quartier est fait d’une multitudes de petites rues  piétonnes, de  venelles et de  passages couvert. On n’y entend aucune voiture. Par contre, tout  les monuments à visiter ferment  à 17h, soit super tôt. De  toute façon, sans vouloir être pessimiste, autant profiter de cette  journée inopinée de beau temps pour visiter les rues de la ville.  Après avoir mangé une glace dans un petit bistro,  j’escalade  la tour du pont Charles, qui donne une vue sympa sur Mala Strana,surtout à l’heure où le coucher de soleil allonge les ombres et  colore l’eau et la pierre en jaune orangé.



23h : Après avoir mangé et picolé près du pont, j’écoute  sur la très jolie place Na Kampé des groupes de musique de rue,  fête de la musique oblige. La place est éclairée par les vendeurs  de rue, ça sent la grillade, la fumée et la bière. Bon, par  contre, je crois que mon premier contact avec la bouffe tchèque a  été un peu belliqueux : mon "bramborové placky se šunkou asýrem" et moi, on a pas fait bon ménage : pas pu le finir, une  moitié a fini dans une poubelle et l’autre est redescendu par la  voie naturelle. Un peu trop vite d’ailleurs. Les toilettes  publiques peuvent témoigner, les pauvres. Faut dire que j’ai  acheté ça sur un stand dressé pour la fête. Mais bon, on est  aventurier ou on ne l’est pas. Et ce soir, la dame pipi de Na Kampé  peut le dire : Indiana Jones ne m’arrive même pas à la cheville.




Samedi 22 juin



Deux bêtises, ce matin. La première : décider de rallier  Josefov (le quartier juif) à pieds (il fait beau). Gagné : une  heure de marche et une jolie ampoule. Conclusion : le métro, c’est  quand même une belle invention. Deuxième : vouloir visiter le quartier juif un samedi. Hum... Shabbat ?  C’est quoi ?

 

horloge.jpg

Finalement, je suis sur la place de la vieille ville. J’apprends  qu’il n’existe pas de plan des bus et des tramways (pourtant très  nombreux). Quand on est touriste, à Prague, ON MARCHE ET ON FERME SA  GUEULE ! La place de la vieille ville est très jolie, avec des  façades mélangeant style architecturaux variés et couleurs vives :  bleu, jaune, vert, et un très joli pourpre pour la maison de l’hôtel  de ville. A certains endroits, on se croierait à Disneyland, au  milieu des maisons aux couleurs pastel, donnant l'impression d'être  repeintes tout les ans tellement elles étincellent de propreté. Après être montée à la tour collée à cette dernière, je  regarde l’horloge astronomique sonner midi. C’est un véritable  spectacle, avec le défilé des apôtres, le coq qui chante et le  rassurant squelette sonnant le glas (memento mori !). Au Starbucks  (oui, au Starbucks, laissez moi digérer le traumatisme d’hier  soir), je suis renommée "Lucě". Cool.

14h30 : J’attends à la terrasse d’un café (bière, bien sûr)  la visite de la maison municipale. Après un tour dans le

quartier « art nouveau », j’ai visité le musée  Mucha, où j’ai appris que ce peintre n’était pas roumain mais  tchèque (honte). Par contre, j’ai reçu avec plaisir la  confirmation que son nom se prononce MOURA. Des années  Tour de l'hôtel de ville à Prague, façade en pierre, à moitier peinte couleur pourpreà me faire reprendre sur la  prononciation de son nom alors que J’AVAIS RAISON ! Par contre, je  suis plutôt déçue du musée. Je préfère voir les œuvres de  l’artiste « dans leur contexte ». C’est d’ailleurs  bien pour cela que j’attends cette fameuse visite de la maison  municipale (sur réservation, montrer patte blanche avant de rentrer,  d’ailleurs).

Un mot sur la bière tchèque : bonnes, pas chères et peu chargées  en alcool (idéal pour des petits fois comme le mien), elles sont  souvent servies avec des tonnes de mousse, ce qui est assez chiant.

14h45 : J’ai dit que la bière était peu chargée en alcool ?  J’ai rien dit. Elle va être rigolote, la visite...



15h30 : Après avoir faillie être adoptée par un couple de  Québecois (réduction pour les familles, vous comprenez)   et m’être remise de ma bière (honte bis),  me voici à la maison municipale. Le plus impressionnant est  l’immense salle (897m²) Smetana (un compositeur tchèque),  complètement décorée façon art nouveau. Dans le même genre(« that what for what you came » cf, ma guide  franco-anglophone : j'adore le cynisme tchèque), la salle du maire  décorée par Mucha (ma guide me dit que toutes les prononciations  sont possibles) est très impressionnante. Surtout le regard de cet  homme à l'épée qui surplombe la salle : glaçant. J’aime  particulièrement la statue du moine mangeant une cuisse de poulet  sur la tour poudrière voisine, vue d’une fenêtre de la maison. Au  milieu des rois et des reines, elle est là pour rappeler aux  puissants l’existence des gens simples.



16h30 : Après avoir terminé la visite de la maison municipale,  me voici dans l’église Notre-Dame de Týn, alias « ChrámMatky Boží před Týnem ». Je ne sais absolument pas pourquoi  les lieux changent de noms selon les guides. Avec la cathédrale  Saint Guy qui passe de Saint Vitus à Saint Vit et la difficulté de  la prononciation tchèque (allez, je ne vous en veux pas pour Mucha),  y’a vraiment de quoi se prendre la tête.

Depuis le début de mon séjour, je suis impressionnée par la  richesse des monuments religieux, allègrement parés de dorures.Cependant, cette église est assez simple : absence de vitraux(ou juste un ou deux, rien de transcendant), murs blancs... Tout cela  la rend très lumineuse et fait ressortir les ornements dorés des  autels.

Sur la place de la vieille ville, on trouve beaucoup de gens  bourrés, des artistes de rue et des magasins appelés « bric à  brac » qui méritent bien leur nom :

Et encore, là, j'ai augmenté la luminosité, en réalité, c'est  un univers bien plus sombre et inquiétant, habité par des poupées  au regard inquiétant et par des chiens de faïence attendant pour  l'éternité un maitre qui ne reviendra jamais...



Finalement, il y a plus d’œuvres de Mucha à l’expo  temporaire de la galerie U Bílého jednorožce qu’au musée Mucha  lui-même. Moi qui n’avait jamais vu d’originaux de lui (à part  les petites assiettes publicitaires du grand père d’une amie à ma  mère), je suis servie.



19h30 : Je dîne dans un petit resto dans la vielle ville. Une  pizza, je ne prend pas de risque.

21h30 : Je regarde le coucher de soleil sur le pont Charles et la  cathédrale Saint Vitus-Guy. De nombreux photographes sont là,  apportant, à mesure que le soleil disparaît, des pieds et des  objectifs de plus en plus gros. Une fois la nuit tombée, on peut se  promener dans le quartier de Mala Strana. Il revêt une totale  atmosphère de mystère, comme si l’on allait croiser un de ces  alchimistes au coin d’une rue.




Dimanche 23 juin



Ce matin, je me suis réveillée avec une petite déprime. Alors  j’ai eu la « bonne » idée d’aller visiter le  quartier juif, en commençant par le cimetière et la synagogue  Pinkas. Je n’étais jamais entrée dans une synagogue avant mais ma première rencontre a été très  forte émotivement : les murs peints en blanc sont totalement  recouverts par les noms des 77 297 victimes du camps de Terezin où  ont été envoyés les juifs du ghetto de Prague. À l’étage,l’exposition de dessins d’enfants déportés m’achève, j’ai  franchement envie de pleurer. Je me demande d’ailleurs si je suis  la seule. Pour la remontée de moral, on repassera.

J’ai de la chance, visiblement. On me dépeignait sur Internet  des hordes de touristes se bousculant dans ce cimetière,vociférants... J’ai été plutôt épargnée. Bien sûr, on ne  peut pas se promener dans les allées et il y a un chemin obligatoire  à prendre, mais c’est plutôt pas plus mal vis-à-vis de la  tranquillité du site. Le cimetière est complètement enclavé par  de hauts murs, suivi des façades des bâtiments aux alentours. De  plus, avec le feuillage des arbres cachant le ciel, on se sent  vraiment coupé du monde... Jusqu’à ce qu’un groupe de touristes  allemands viennent troubler cette quiétude.

cimetierre juif.jpg

Dans la synagogue Klausen, on trouve tout un tas d’objets  hétéroclites de la vie religieuse et quotidienne des juifs de  Prague. Selon une légende, les nazis auraient récupéré ces objets  après avoir envoyer la communauté juive à Terezin pour fonder un« musée d’une race disparue »... Et allez, dans lajoie !



12h30 : Une pizza et une bière dans une jolie cave voûtée me  remettent d’aplomb. Une anecdote sur les caves de Prague : au Moyen  Âge, il s’agissait de rez de chaussée, d’où la présence de  voûtes romanes dans une ville à l’architecture en majorité  gothique. Le niveau de la ville a été augmenté pour pallier aux  problèmes d’inondations. Au vu de la montée de la rivière ces  dernières semaines, les Pragois vont ils gagner un nouveau sous-sol  pour chacun de leurs bâtiments ?



Après quelques synagogues, je visite la dernière et sûrement la  plus belle : la synagogue espagnole. Complètement parée  d’arabesques entrelacés du sol au plafond, ce bâtiment à  l’aspect mauresque est sûrement le clou du quartier juif avec le  cimetière. En tout cas, cette synagogue n’a rien à envier au  faste des églises de la ville.

Alors que je repose mes pieds comme une grosse limace feignasse en  admirant la somptuosité du lieu, voila qu’un visage connu passe  devant moi. Drôle de hasard que de tomber sur une ancienne tutrice  de stage, devenue copine, si loin de Conflans Sainte-Honorine ! Nous  élaborons une théorie comme quoi on peut rencontrer des Conflanais  partout. À quand la conquête du monde ? Sylvie et son mari me font  donc partager leurs connaissances en matière de pâtisserie juive  dans un très joli restaurant en face du cimetière : Au Roi  Salomon. Nous y dégustons un délicieux apple strudel  dans une sorte de jardin d’hiver, aux murs végétaux surplombés  d’une verrière. Selon une affiche à l’entrée, Michelle Obama y  aurait déjeuné. Que demander de plus ?

 

Au bord de la Vltava, que j’arrive enfin à prononcer  correctement, nous dénichons une péniche qui accepte de nous  prendre pour une croisière passé 17h. Ça fait un peu touriste,mais bon, j’ai carrément mal aux pieds, alors... C’est la  péniche la moins chère, mais les bateliers font un peu peur :  l’un est couvert de cambouis et l’autre est défiguré par une  cicatrice. Je prie pour que l’on ne nous égorge pas.

Finalement, nous sommes rejoints pas un groupe de français plutôt« 3e âge" qui effraient Sylvie, retraitée  l’année prochaine (« Je ne serai pas comme ça, moi ? »). Il s’agit en fait d’un groupe ayant loué le bateau entier, nous  ne sommes que des « à coté » ajoutés par l’équipage  pour arrondir sa fin de mois. Heureusement, le guide est sympa et  nous laisse embarquer. C’est un Pragois cynique et désabusé face  à l’attitude des touristes : « ils ne regardent même pas,  ils ne font que passer ! ». Il nous raconte que, pendant son  enfance, il avait connu le pont Charles sans personne. Il craint que  la ville perde son âme face au tourisme de masse. Néanmoins, il  nous dit gagner sa vie grâce à sa francophonie (« il n’y a  que ça qui me fasse vivre ») qui lui permet de travailler dans  le tourisme. Ce paradoxe semble le désoler et j’ai presque honte  d’être en voyage ici. Mais bon, j’essaie d’être différente,  de ne pas faire « que passer », d’être curieuse et  d’écouter ses explications malgré le groupe d’accordéonistes  qui massacrent les classiques de la chanson française. D’ailleurs,  en parlant d’accordéon, je croyais naïvement, en accostant, avoir  échappé au pire lorsque, comble du kistch, le groupe entame Ce  n’est qu’un au revoir. Courage, fuyons.

À deux pas de l’embarcadère se trouve le Rudolphinium, une  salle de concert datant du XIXe siècle. Voir un spectacle  dans la fastueuse salle Dvorack est, selon mon fidèle Guide du  Routard, quelque chose à ne pas manquer. Le programme de ce soir :  Mozart, Tchaikowsky, un compositeur que je ne connais pas et bien  sûr... Dvorack. Il s’agit d’un orchestre américain  (californien). En voyant les artistes, nous sommes surpris : ce sont  tous des enfants ou des adolescents ! Une vieille dame, nous écoutant  parler, nous dit aimer notre langage. C’est une vielle Pragoise  très élégante. D’ailleurs, tout le monde est bien habillé, j’ai  l’air d’une clodo avec mes fringues H&M. On dirait que toute  la bourgeoisie de la ville est venue. La vieille dame semble même  s’étonner (agréablement) de notre présence en tant que  touristes. Pourtant, le guide disait « Venez comme vous êtes! ». Mais visiblement, le Rudolphinium, c’est pas Mcdo. J’ai  la deuxième surprise de la soirée au commencement du concert : en  fait, ces gosses sont très très bons. En tout cas, ils dégagent  une énergie qu’un orchestre d’adultes n’aurait peut-être pas.  Belle prise de risques car jouer Dvorak au Rudolphinium de Prague,  dans la salle Dvorak pour un orchestre d’enfants étrangers, et ben  c’était drôlement culotté. Au final, cette prise de risques est  saluée par un tonnerre d’applaudissement et par une standing  ovation. J’entends même quelques « Brava ! »

Bon, la photo est moche car je l'ai prise en cachette, mais avouez  que ça en jette, non ?



En conclusion, j’ai vécue une journée riche en rencontres, des  visages familiers au cynisme du guide en passant par le regard  malicieux de cette vieille dame.



Lundi 24 juin



Ce matin, je décide de remonter la place Venceslas (VaclavskeNamesti) puis de suivre la rue Narodni pour rejoindre le quai  Masarykovo et ses maisons baroques et dansantes.

Les grandes artères que forment la place Venceslas (plus unesorte de Champs Élysées praguois qu’une véritable place) et la  rue Nadroni contrastent avec les rues et les ruelles et j’ai  traversé pour le moment. Nous sommes dans "Nove Mestro",la "nouvelle ville". Pas si nouvelle que ça parce qu’en  fait, elle date du XVIe siècle !

Sur la place Venceslas, je trouve un petit passage couvert de type  Art Déco dans laquelle je fais une découverte pour le moins  insolite : une statue du fameux saint chevauchant à l’envers un  cheval mort... Après la statue de Kafka, je me met à penser que  Prague est vraiment la ville de l’absurde.



Pas de chance, alors que je me repose sur l’île Slovansky  Ostrov, en face du quai Maryskovo, la pluie annoncée et tant  redoutée commence à se manifester. Pour le moment, pas de quoi  fouetter un chat, mais bon... Au bout de ce quai aux maisons couleur  pastel et aux façades ornées de mosaïques dorées se trouvent les  stars des cartes postales : Ginger et Fred, alias les maisons  dansantes, des architectes Franck Gehry et Vlado Milunić. Comme le  disait le magazine Times lors de la finition du bâtiment,« cette réalisation symbolise la nouvelle Prague, tout comme  le pont Charles symbolise l’ancienne : à l’image de Fred,elle bouge bien ; à l’instar de Ginger, elle s’amuse  bien. » Et j’aime bien le spectacle joyeux des maisons  batifolants joyeusement dans le paysage urbain.



Sur un mur, je croise du regard cette formidable affiche pour le  musée du communisme. La pluie ayant décidé de ne pas me foutre la  paix aujourd’hui, je me dis que c’est vraiment le bon moment pour  aller voir ce qui se cache derrière cette matriochka à l’air  maléfique (j’aurais bien aimé récupérer l’affiche pour ma  chambre !). Enfin au sec, je découvre un petit endroit à la  muséographie impressionnante remplie d’informations intéressantes  sur une période de l’histoire qu’au final, je connais très peu.

Sans concessions pour le communisme (ce qui peut se comprendre,mais un peu trop pro-américain ?), il a eu le mérite de me faire  réfléchir. En tout cas, j’ai appris pas mal de choses sur le  printemps de Prague et les soulèvements de novembre 89, ce qui  termine à merveille ma visite de la place Vanceslas. J’ai beaufouiller ma mémoire, à part la chute du mur de Berlin, aucun cours  d’histoire ne fait écho à cette période de l’Europe de l’est.  L’accueil est impressionnant, notamment cette grande statue de  Lénine sous une énorme étoile rouge en béton très imposante, écrasante. Le ton des cartels contient cette petite touche de  cynisme qui commence à m’être familier ici. L’histoire la plus  folle : celle d’une statue monumentale de Lénine dominant Prague,  censée pouvoir être vue de toute la ville : cinq ans de  construction, beaucoup d’argent public employé pour cela au  détriment de la reconstruction du centre historique, détruite cinq  ans après ! Un beau gâchis, quoi.



Avec dans la tête la musique du petit film qui termine la visite  du musée du communiste, je brave à nouveau les éléments  déchaînés, alors que tous les touristes se précipitent dans le  confort douillet de leurs hôtels (bandes de pas-aventuriers !). Bon,  étant donné l’état de mes petites sandales gonflées d’eau, je  décide de rentrer dans le premier bâtiment venu. Par chance, il  s’agit du Clementinium, dont j’avais eue un très bel aperçu de  la magnifique bibliothèque avant mon voyage sur le tumblr//mostwonderfullibraries.tumblr.com/. À l’entrée, les  ouvreurs sont pris d’une violente crise de rire à la vue de ma  carte d’étudiant. Je ne comprend absolument pas, j’ai pourtant  pas l’air si moche que ça, sur la photo. À moins que mon nom ne  se traduise par une insanité dans la langue de Kafka ? En tout cas,  pas moyen de connaître la raison de leur hilarité. Pour le respect,on repassera.

Pour la visite, nous ne sommes que trois : moi plus un couple de  Québécois homosexuels. À croire que la ville est peuplée de  Québécois. Ils sont aussi déprimés que moi par le temps et me  conseillent une église près du pont Charles pour voir un concert  d’orgues. Le guide nous a laissés seuls dans la chapelle aux  miroirs. Drôle d’impression que cette grande salle vide de monde,  habitée surtout par les statues (baroques, bien sûr) et les  personnages des tableaux. Je ne suis pas déçue non plus par la  bibliothèque, très spectaculaire, avec une mention spéciale pour  les globes terrestres géants.

Les escaliers menant à la tour astronomique sont flippants, j’ai  cru mourir au moins dix fois, notamment lors de la descente. Il pleut  comme vache qui fait pipi et j’ai les chaussures mouillées...

L’avantage à Prague, c’est que même lorsque le temps n’est  pas à la fête, le couleurs et la lumière restent toujours au top.  Je dirais même que les nuages noirs et la pluie renforcent le coté  sombre et mystérieux de la ville. Manquerait plus que deux ou trois  éclairs et je verrai le golem se lever.



Je termine la journée dans un petit salon de thé cosy qui vend  du délicieux chocolat au cannabis. Oui, au début, ça me choquait  puis je me suis vite rappelée que sa consommation était carrément  tolérée ici. Cette ville est merveilleuse. Étant donné sa  consistance, le cheesecake que je déguste dans un fauteuil profond  en écoutant la pluie battre les pavés de Mare Streno me servira de  repas du soir.



Mardi 25 juin



8h30 : Participation au sport national de l’hôtel-des-pauvres :  éviter la femme de ménage quand on sort faire pipi dans un pyjima  Che Guevara (le musée du communisme a laissé des traces : j’ai  honte...). Ah sinon, je ne vous ai pas dit ? Il pleut.



10h10 : J’embarque pour Karlstejn en train, à environ 40 km de  la capitale. On m’a vendu ce château comme l’un des plus beaux,des mieux conservés, des plus romantique et surtout des plus  touristiques de la Bohème (oui, la Bohèèèèmeuh).

Il pleut toujours mais tant pis, je me dis qu’il y aura moins de  touristes comme ça. Le système des trains est très clair (merci  České dráhy, très utile site pour connaître les horaires, à  condition d’être armé d’un traducteur à coté). Pas besoin de  composter le billet ! Il y a un contrôleur par train pour s’en  occuper ! Moi qui voyais, de façon un peu condescendante, la  République tchèque comme limite un pays du tiers monde, je découvre  de plus en plus une république moderne et surtout plutôt riche. Je  comprends le respect qu’éprouvent les Tchèques pour Vaclav Havel  à présent.



Pour aller de la gare au château, pas de secret, il faut marcher  quelques kilomètres. Au bout d’une petite route bordée de  nombreux magasins-touristes, me voici en haut de la colline, au  château de Karlstejn. Il pleut toujours, mais ça fait du bien de  sentir l’odeur de la terre mouillée. Un peu de campagne après la  ville ! Je ne sais pas si Prague est très polluée, mais bon, comme  toutes les villes, elle sent mauvais (quoique plus propre que Paris  ou New York !). Je n’ai pas vu beaucoup de touristes en montant,  mais là, en attentant la visite guidée (en anglais, comme d’hab),  ils s’agglutinent tous sous le porche pour se protéger de la  pluie. On dirait des poulets.

Le château est entouré de collines verdoyantes. Malgré un très  bon état de conservation, il est presque vide. Il est dommage que la  chapelle ne se visite pas : selon le guide, les murs sont incrustés  de pierres semi précieuses (raison pour laquelle elle ne se visite  pas, d’ailleurs : les gens emportaient de « petits  souvenirs »...). Pendant la visite, j’apprends que Karlstejn  a été construit pas Charles IV (encore lui) pour protéger les  trésors de la couronne quand brusquement, c’est l’illumination :

KARLSTEJN = KARLOFF (most, le fameux pont) = CHARLES
IL EST  PARTOUT !

Le trousseau de lourdes clés de fer de la guide me fait rêver de  passages secrets et de souterrains. En attendant qu’un jour on  m’ouvre les portes des endroits cachés dans les bâtiments  historiques, je me contente de suivre le morne troupeau de la  frustrante visite guidée.



Je quitte le village vers 14 heures, en passant par un sentier qui  m’épargne les touristes (joie !). En discutant avec un monsieur,  j’apprends qu’il n’existe pas de mots en tchèque pour « de  rien ». À la place, ils disent « prosim »  (pardon). En fait, ils s’excusent du fait qu’on leur disent  merci. Strange...



Retour à Prague où il pleut toujours. Le musée d’art moderne,  assez excentré au milieu de Praha 7, accueille les visiteurs avec  des matelas dans son hall. Bonheur.

Par contre, il est bourré ras la gueule de gardiens. Étant  donnée que les visiteurs ne sont pas nombreux (étonnant, d’ailleurs: y’a du Klimt, Miro, Mucha et beaucoup d’autre grands noms), ils  nous collent au trains et nous regardent comme si on avait des bombes  dans notre sac. D’ailleurs, pour une raison obscure, on ne peut pas  porter son sac à dos sur le dos... ??? WHY ???

17h : Rah, ces gardiens sont vraiment très CHIANTS à te stalker,  ça t’empêcherait presque d’apprécier un Delacroix....

Ce qui est marrant quand on est Parisien ou banlieusard, c’est  que tu peux aller dans n’importe quel pays du monde, il y aura  toujours un musée pour exposer des toiles impressionnistes  représentant ta région (Cergy Pontoise pour moi). En tout cas, je  suis impressionnée par les collections. Être totalement seule  entourée de portraits de Picasso te dévisageant, c’est vraiment  étrange.

Par contre, je ne connais pas beaucoup les artistes tchèques,  mais certains ont l’air d’avoir de gros problèmes à régler  dans leurs têtes...



19h : Je tente le goulash dans une brasserie tchèque, accompagné  d’un appel schtroudel (ces trucs sont mégas bons, en fait).

J’ai pas mal réfléchi à la conversation que nous avons eue  avec le guide sur le bateau à propos de « l’âme » de  la ville. C’est vrai que, même en tant qu’étrangère, je peux  le ressentir. Ce n’est pas difficile, même en voyageant seule, en  essayant d’adopter un regard respectueux sur les gens et les  choses, en essayant par exemple d’aborder les habitants dans leur  langue plutôt qu’en anglais, même si ce n’est que pour leur  demander « Mluvis anglicky ? », en tant que touriste, on  est traité comme le reste du troupeau : paye ta visite, dépense tes  euros dans nos souvenirs moches et tire-toi. Je me demande qui est le  plus coupable et surtout s’il a vraiment un coupable. Que l’on  vienne seul, en amoureux, entre amis ou en troupeau, le fait de  voyager montre une certaine curiosité et une certaine ouverture sur  le monde. Que cherche-t-on en visitant une ville comme Prague ? La  culture, le romantisme, une autre vision du monde, une humanité  différente. Est-ce vraiment à blâmer ? En face, on a les  autochtones qui, en voyant l’arrivée des étrangers, choisissent  d’en profiter pour gagner leur vie, ce qu’on ne peut pas leur  reprocher. Alors que faire contre le tourisme de masse qui défigure  les villes ?

20h : finalement, le goulash, c’est bon. Je  décide d’aller voir ce concert d’orgue à l’église Saint  François d’Assise près du pont Charles, conseillé par les  Canadiens de la veille. Là encore, débauche baroque de dorures, de  statues d’angelots joufflus... Petit détail bien macabre : les  squelettes des nobles tous habillés exposés dans un cercueil de  verre. Berk.
Le concert commence avec seulement trois instruments: un orgue badass de plusieurs mètres de haut (ouaaaahhhh),  accompagné d’une toute petite flûte traversière et d’une  chanteuse alto. Je me pose une question : faut-il absolument être  bien en chair pour chanter du classique ? Le programme est assez  sympa : des grands noms (dont Dvorak, bien sûr !), mais pas de  compositions trop célèbres archi rabâchées. L’architecture du  lieu accompagne à merveille la musique, les anges semblent aider les  notes à monter jusqu’aux cieux. Il y a de quoi se sentir  impressionné. Même si le lieu est moins imposant que le  Rudolphinium, c’est agréable d’être là, en  dilettante.

Mercredi 26 juin

5h : Aube sur le  pont Charles, pas un seul touriste...
...
Non, je déconne.


11h: (ben quoi ? Fatiguée...) Promenade dans Hradcany, les hauteurs de  Prague, une des plus anciennes parties de la ville. J’ai un  véritable coup de cœur pour la très jolie église Notre Dame de  Lorette (rien avoir avec l’histoire de l’aéroport), avec son  magnifique cloître aux plafonds peints de couleurs vives, ses  fresques, ses dorures et ses statues de marbre. Sans compter  l’impressionnante salle au trésor, contenant un ostensoir tout en  diamants ! Les bouteilles au plafond m’intriguent. Selon une dame,  c’est une idée de l’architecte qui a aménagé le trésor. Je  comprend à demi mot que ce n’est pas au goût de tous.

notre dame lorette.jpg

Encore une fois, l’attitude des gens travaillant là me fait  déprimer. Il n’y a pourtant pas beaucoup de touristes, mais le  fait qu’ils causent mal anglais et moi pas tchèque les empêche  visiblement d’être aimables. Les gens ne sont pas comme ça dans  tous les endroits visitables, heureusement, mais durant ce voyage,  j’ai souvent eu l’impression d’être prise pour une vache,  souvent traitée comme du bétail : si je refuse de payer un  vestiaire pour un mini sac, on me harcèle, il faut parfois payer  plus de cent couronnes pour juste avoir le droit de prendre des  photos : payer, payer, payer... Ce ne sont pas les visiteurs qui  dénudent Prague de son âme : c’est l’argent. Même un chat  mignon me griffe alors que je cherche à le caresser.

Bon, cinq minutes plus tard, je regrette ce que je viens décrire  devant la gentillesse d’une dame qui répond à l’une de mes  questions.



À midi, je mange dans une brasserie traditionnelle aux grosses  tables de bois brut. Je ne me plaindrai plus jamais des crêpes  parisiennes après avoir mangé les crêpes tchèques... Je pense  qu’ils les assaisonnent avec du plastique. J’ai également goutté  le schnitzel, une spécialité juive : bof. Bref, si vous passez à  Prague, ce resto « Ve Staré Radnici » près du château,sachez que c’est PAS BON et CHER. Et le service confirme ce que  j’ai dit plus haut. (voilà, ce fut ma petite revanche ridicule).

 

Au final, je suis redescendue à Na Kampa, une île de la Vltava coté Mala Strana par la colline de Pétrin, en passant par les  hauteurs (glauques) de Prague 6, à la recherche d’un couvent que  jamais je ne trouva (par contre, j’ai trouvé un incroyable stade  abandonné qui a fait mon bonheur).

La colline de Pétrin qui domine la ville constitue une véritable  parenthèse de verdure et de calme au milieu de la ville. C’est  agréable cette pause humaine. Le monument le plus célèbre du coin  est une sorte de tour servant de relais téléphonique qui ressemble  traits pour traits à la tour Eiffel. D’ailleurs, à ce qu'il  paraît, elles font la même taille par rapport au niveau de la mer.  Voir la tour Eiffel en pleine forêt est une expérience un peu  surréaliste !

 

Sur l’île de Na Kampa, il y a un mur où chacun écrit ce qu’il  veut faire avant de mourir. Poétique. Je constate avec déception  que le musée bizarre que je souhaitais visiter est fermé à cause  des dégâts importants subis pendant les inondations du mois  dernier.

Vous aussi, faites votre whish list à Na Kampa !

Jeudi 27 juin

 

Au matin, je quitte Prague pour une ville à 75 km d’ici :  Kutna Hora et ses mines d’argent. J’ai

 

me beaucoup le petit jingle  précédent les annonces dans les gares. Il est tellement mignon que  la première fois, j’ai cru que le personnel de la gare allait nous  chanter une chanson.... J’aime beaucoup les trains tchèques :  ils sont propres, pratiques et pas chers du tout. Et puis voyager  seule en train vers l’inconnu, ça a un coté aventurier.

 

Pour aller de la gare au centre ville, il y a quelques kilomètres  à faire à

 

pieds. Sur le chemin : l’ossuaire et la cathédrale  Notre-Dame de l’Ascension et Saint John le Baptiste (eeeeeet...Oui ! Nous avons un gagnant pour le nom d’église le plus  alambiqué ! Chouette!). L’ossuaire est un bâtiment très  engageant, qui a la particularité d’être décoré intégralement  avec... des os humains. (âmes sensibles s’abstenir). 40 000 morts  en tout, montés en quatre pyramides, en lustre et en blason. La  signification ? Soyez humble devant la mort car elle ne fait pas  de distinction. Efficace, question « memento mori ». On  ne peut s’empêcher d’être pris de respect par ses multiples  restes macabres de ce qui fut avant des gens. Je ne peux m’empêcher,  en regardant ces crânes empilés, de m’imaginer les émotions, les  sentiments et les rêves qu’ils ont autrefois abrités. Et me dire  qu’un jour, toute personne vivant aujourd’hui ressemblera à  cela. Moi compris.

 

C’est avec ce petit frisson dans le dos que je traverse la rue  afin de me rendre dans la très paisible cathédrale au nom à  rallonge. Elle repose les yeux après les lieux saints de Prague :  décoration très simple (pour ne pas troubler la prière) et grands  volumes très lumineux. Ce que j’ai préféré : la  possibilité de voir les combles ! J’aime beaucoup voir les  voûtes à l’envers. De plus, être là me donne l’impression  d’être privilégiée, de voir l’envers du décor. Ça sent le  trésor du vieux grenier. Bref, un endroit cool.

Voici le joli plafond de la nef, pour vous remettre de l'horrible photo précédente. Ça va mieux ?

 

Pour midi, je m’achète un sandwich et un paquet de chips dans  un supermarché, un lieu patrimonial et culturel. C’est d’ailleurs  dans les rayons surchargés de marques américaines que je me dis que  le communisme est bien loin.



Vers 14 heures, je pars à la recherche d’un filon d’argent  dans les mines, vêtue d’une blouse de mineur et équipée de lampe  à acétylène. Le guide est tchèque et parle tchèque.  Heureusement, j’ai la visite en français sur un papier et je suis  accompagnée d’un autre guide : une jeune femme anglophone. La  visite s’effectue avec tout un troupeau de mini-Tchèques en voyage  scolaire. Ils n’ont pas l’air bien malin (pas plus que la plupartdes adolescents moyen), mais leurs plaisanteries font rire la guide.  Comme j’ai de la chance, elle me traduit leurs blagues en anglais.  J’apprécie la chaleur de ces gens à 30 mètres sous terre. En  remontant, ma guide me pose plein de questions sur Paris et la France  et moi sur la République tchèque. Elle me dit que pas mal de jeunes  visitent le pays en train, ce qui pourrait être un projet  intéressant pour un futur voyage !



Kutna Hora est une jolie petite ville d’à peu près la taille  de Conflans, colorée comme Prague. D’ailleurs, j’apprends que  les deux villes étaient rivales jusqu’au XVe siècle.  Cette rivalité expliquerait d’ailleurs la rue Barborska, sorte de  balcon sur la vallée, bordée de statues ressemblant étrangement au  pont Charles ! De là à dire qui a copié... Cette rue mène à  la cathédrale Sainte Barbe, aux fresques du XVe siècle  très bien conservées. Attendez... ENCORE une cathédrale ?  Deux cathédrales pour une aussi petite ville ?!

 

Oh, aller, un seul petit effet Holga parmi toutes les photos de ce carnet de voyage, vous n'allez pas m'en vouloir, non ?

 

Sur le chemin du retour, je partage le compartiment du train avec  un jeune guatémaltèque qui fait le tour du monde tout seul  (respect) et un couple de suédois, moins aventuriers. Moi qui me la  pétais... M'enfin, quand on connait mon caractère de Hobbit, on  peut considérer que Prague, c'est le bout du monde. Surtout sans  Gandalf.



Vendredi 28 juin



Je quitte Prague ce soir. Il fait extrêmement beau et, après  avoir laissé mes bagages à l’hôtel, j’en profite pour aller  visiter le plus ancien quartier de Prague : Vysehard. Selon la  légende, la princesse Libuše, qui aurait eu le don de voyance,  aurait eu la vision d’un laboureur à la sandale cassée appelé  Přemysl Oráč, qui deviendrait le seigneur des Tchèques. La  princesse se maria avec le laboureur, et, après avoir posé les  bases de leur dynastie, décidèrent de construire un château entre  une colline et une rivière, à Vysehard, qui serait le seuil de la  nouvelle capitale des Tchèques. D’où le nom de la ville :  Praha, venant du tchèque Prah : seuil. Une autre version de la  légende (merci Internet) dit que la ville s’appelle ainsi car  notre ami Přemysl premier du nom était en train de tailler un pas  de porte quand Libuše lui est tombée dessus.

 

Vysehard est maintenant un parc très agréable, dans lequel les  ruines et les vieux murs du château se recouvrent de lière, et...Oh putain, y’a des écureuils ! (photophotophotophoto...)

 

Sans déroger à la tradition, je visite un cimetière...Celui-ci, accolé à l’église, ne manque pas de charme. On y  trouve des statuts bizarres comme au Père-Lachaise, entre les tombes  de deux ou trois Praguois célèbres tels que Mucha ou Dvorak. (c’est  d’ailleurs en cherchant ce dernier que je me suis rendue compte que  Dvorak était sûrement le nom de famille le plus répandu du  coin...). Les trois nefs de l’église Saint Pierre et Saint Paul  voisines sont INTÉGRALEMENT recouvertes de fresques (pas un cm² delibre).

<= Don't blink...

Je dépense mes dernières couronne pour un plat de pâtes et un  milkshake à la banane (fuck le goulash), profitant de la terrasse  ensoleillée d’un petit restaurant donnant sur l’entrée du  château-parc.

 

Me restant de l’argent et quelques heures avant mon décollage,  ayant vraiment l’impression d’avoir fait le tour de la ville en  une semaine et un peu désœuvrée, je me retrouve à l’incroyable  musée des fantômes. Cet endroit  ressemble aux vidéos weird que  l’on trouve sur Youtube quand, par ennui, on clique un peu sur  n’importe quoi. On en ressort en se demandant pourquoi on y est  allé, mais on a bien rigolé quand même. Cette cave de Mala Strana  recèle des trésors de monstres de foire en papier mâché dont même  le plus ringard et mité des forains ne voudrait pas. Le visiter seul  est encore plus bizarre, accentuant l’impression d’être décalée  dans ce décors de maison hantée en carton. On n’a même pas  l’excuse de le visiter pour rigoler avec des potes. Mais j’aime  carrément cette impression de décalage. Surtout lorsque je me  retrouve seule dans une cave avec le golem de Prague dont les défauts  de fabrication sont à moitié cachés par une obscurité faussement  inquiétante. Bref, un endroit à ne pas louper si on aime l’ambiance  « parc d’attraction abandonné ».

Est il pas jovial, ce squelette ? ------->

 

 

En chemin pour le métro, je remarque un mur très haut, surmonté  d’une étrange matière, me rappelant « les tas de boue  dégoulinants que nous formions avec du sable mouillé sur la plage  étant enfants, mon frère et moi ». Je me rappelle cet étrange  agglomérat de sculpture aperçu de haut lors de ma première soirée  dans cette ville qui m’avait tant intriguée. Finalement, j’ai  fini par découvrir mon propre mystère praguois : il s’agit  de l’imposante grotte artificielle du jardin du palais Wallenstein,  actuellement Parlement tchèque.

 

Avouez que ça a une drôle de gueule, quand même.

 

En route pour l'aéroport, il est temps pour moi d'écrire une conclusion à ce carnet de voyage. Prague laisse une vague impression de décalage, d'étrangeté. Quelque chose qui envie de relire Kafka. Mais cette impression, je l'ai surtout ressentie en sortant des itinéraires touristiques, dans les ruelles et les passages couverts, face au étranges statues des cimetières ou dans des boutiques poussiéreuses et mal éclairées. Espérons que le tourisme de masse de viendra jamais à bout tout cela. En attendant, be curious !

 

Mes coups de cœurs, si vous avez la flemme de tout lire : 

- La ruelle d'or du château

- L'ossuaire de Kutna Hora

- La maison municipale

- Le Clementinium (sa bibliothèque et sa tour astronomique)

- Le musée du communisme



11/02/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi